Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Humour,méchanceté, satyre et sarcasmes

Qui a dit que le centre ville se meurt? Il est déjà mort!

21 Juillet 2019 , Rédigé par E P Publié dans #Humeur et opinions

Quai des bons enfants, tout ferme!

Quai des bons enfants, tout ferme!


A la lecture du sympathique hebdomadaire d'opposition et d'information très locale de l'Echo des Vosges ( il faut dire aussi que ce sont les seuls sur ce créneau, trop facile face au plus que consensuel et commercial journal des Vosges! ) j'ai
appris que la librairie Concorde fermait fin juin ( et bientôt aussi une banque
sur le quai des Bons enfants ) rejoignant la cohorte des locaux vides du centre
ville ( le plus souvent péniblement camouflés par leurs propriétaires, trahis
par les innombrables panneaux A vendre).

Les pieds d'immeuble des années 50 sont désertés

Les pieds d'immeuble des années 50 sont désertés

C'est effectivement affligeant mais là est le résultat de l'inconscience, du travail de
sape de nos élus et de leurs pratiques clientélistes. En recherche d'attractivité, la
collectivité se perd et se confond avec la lisibilité donnée par des festivités
orgiaques et romaines, financées par des mécènes dépendant de marchés ou
d'argent public, un alibi au profit d'un commerce de centre ville moribond si ce
n'est déjà enterré.

Deux étages sans ascenseurs: un tue commerce!

Deux étages sans ascenseurs: un tue commerce!

De la disparition des librairies-presse de quartier


Le crash du Concorde me fait moins de peine que la disparition du dernier magasin
de musique spinalien agréablement tenu par une véritable passionnée ( LaMi
musique ) bien que comptable de formation ou du dernier magasin de beaux arts du
quai des petites boucheries. A mon avis qui a le mérite d'être sans concession ni
connivence, si le Concorde ne vole plus, c'est aussi la faute aux escaliers à monter (
3 étages sans moyens mécaniques de cette surface de 1200 m2: c'est
complètement anachronique), à sa fermeture de 2 mois après les inondations de
mai 2018, au prix de sa papeterie trop élevée ( par rapport aux grandes surfaces
discompte) et à la difficulté d'accès ou de stationnement à proximité.
Il reste encore deux librairies en centre ville. Encore un peu de patience: Amazon
et les sites en ligne vont pouvoir leur faire la peau en quelques mois, sans que cela
rapporte un sous de plus à la collectivité. Vive la modernité numérique! Vive la
paupérisation générale et l'enrichissement des GAFA!

Qui a dit que le centre ville se meurt? Il est déjà mort!

EpiCentre est un montage électoral clientéliste

Je ne partage pas le point de vue du rédacteur anonyme de l'article d'il y a quelques
semaines sur le président dynamique d'Epicentre qui s'est prêté à la manipulation
électoraliste de la population et des commerçants en faisant croire qu'avec des
animations grand public ( et beaucoup d'argent public, donc ... mes impôts puisque
son association est financée à plus de 50% par la ville) le commerce ira mieux. C'est
une foutaise qui ne vise qu'à faire vivre la corporation des agents immobiliers
prompts à se saisir de leur prébende d'intermédiaires patentés et à tromper les
entrepreneurs courageux ou les propriétaires crédules.
Le fameux ( ou fumeux?) manager de centre ville devait proposer un plan
merchandising à l'issue d'études marketing poussées pour attirer de nouvelles
enseignes. A ce jour rien n'est affiché ou annoncé ( tout est caché?) à moins que les
élus et les agents immobiliers en aient été les uniques destinataires. Avec cet alibi
et ex-manager -ou expérience politique multimodale et consulaire sur pattes- c'est
encore 45 000 euros ( par an pendant 4 ans ) d'argent para-public et public détourné pour un gain des plus aléatoires - si ce n'est éventuellement - d'image. Un
comble pour notre cité qui n'en manque pas.
Provoquer des regroupement de surfaces commerciales ( pour atteindre des tailles
attractives), attirer des spécialistes avec des offres pointues, travailler la
cohérence de l'offre générale et des animations avec de véritables gains clients
pour faire circuler de commerces en commerces, faciliter le stationnement privé
dédié aux commerces voilà quelques pistes simples et efficaces, mais peu
populaires et demandant de l'argent et du temps.


 

L'inimitable et trés engagé Hervé Poirat

L'inimitable et trés engagé Hervé Poirat

La périphérie ne tue pas le centre ville


Contrairement aux lieux communs d'un autre temps, entendus et lus d'ici de là, la
périphérie ne tue pas le centre ville. C'est la démographie locale, la richesse
industrielle ou agricole et l'évolution de la demande ( de service ou de confort
d'achat ) qui pousse à la restructuration des villes et de leurs commerces. Avec
internet, tous les commerces sont impactés, où qu'ils se trouvent. La prochaine
étape du transport automatique ( au sol ou aérien ) sonnera définitivement le glas
du commerce à l'ancienne et de la publicité papier qui se nourrit sur ce secteur d'activité.
Nos élus âgés, enfermés dans l'histoire de leur ville, caractérisés par une absence
chronique de projections constructives ou audacieuses, acheminent droit vers sa
tombe l'ancienne configuration mercantile locale et l'identité spinalienne. Une
tombe sur laquelle on lira l'EpiTaphe suivante: "Le commerce de centre ville
d'Heinrich est mort - Les contribuables et la ville non reconnaissante ".


Enguerrand Pinesaiche
Spinalien non Marcheur ( dans les deux sens du terme) et non candidat aux
prochaines élections contrairement à la moitié de la ville ( persuadée qu'elle est, de ses qualités intrinsèques et de pouvoir changer quelque chose). Satyrique par la force des choses et pour ne
pas avoir à en pleurer. Chroniqueur occasionnel et à compte d'auteur qui hésite à
écrire un roman sur le sujet du commerce de centre ville et ses soubresauts,
assassiné par les prélèvements obligatoires et les normes kafkaïennes de la
bureaucratie tricolore complètement à coté de la plaque.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article